10 Best Practices for Squarespace SEO

If you’re looking to build an SEO-friendly website, Squarespace is a solid choice. It offers easy-to-use templates and plenty of SEO tools to help your site rank better in Google search results.

Not sure where to get started? I’ll guide you through everything you need to know about Squarespace SEO, including what best practices to follow and the tools Squarespace offers.

Why Should You Care About SEO for Squarespace?

Source !

The Most Significant Cyber Attacks from 2006-2020

Significant Cyber Attacks from 2006-2020, by Country

Committing a cyber crime can have serious consequences. In the U.S., a cyber criminal can receive up to 20 years in prison for hacking into a government institution if it compromises national security.

Yet, despite the consequences, cyber criminals continue to wreak havoc across the globe. But some countries seem to be targeted more than others.

Using data from Specops Software, this graphic looks at the countries that have experienced the most significant cyber attacks over the last two decades.

The U.S. comes in first place, with 156 recorded cyber attacks. That’s an average of 11 significant attacks per year, which is more than Russia’s had in 14 years.

What are the Most Common Types?

Understanding the Three Kings of SEO Strategy

SEO is a vast kingdom, but instead of one king, there are many authorities. Three of these are the business, the searchers, and the search engines. In some ways, these SEO aspects are foundational and need to be properly understood if you want your business to be successful both online and offline.

The good news is that they are easy to understand when taken individually and highly effective when implemented together. Creating an effective SEO strategy is the best way to fortify your online presence and build your brand, but remember to keep it updated and continually relevant.

Source : https://60secondmarketer.com/2021/09/27/understanding-the-three-kings-of-seo-strategy/

EN SAVOIR PLUS https://veille-cyber.com/

Pour duper les systèmes de reconnaissance faciale, un maquillage discret suffit

Pour chaque personne, il est possible de générer, par le calcul, un maquillage de beauté capable de dissimuler son identité, avec un taux de réussite de plus de 98 %.

AP-HP: quels risques pour les personnes victimes du piratage de données ?

Les données personnelles d’environ un million et demi de personnes dépistées contre le Covid-19 enÎle-de-France mi-2020 ont été dérobées après une cyberattaque menée au cours de l’été. Les victimes ont été informées par mail.

sabrina Feddal Experte cybersécurité

L’AP-HP a annoncé que les données personnelles d’environ 1,5 million de personnes dépistées contre le Covid-19 mi-2020 ont été volées. Mais quels sont les risques pour les usagers concernés?

Il n’y avait pas prêté attention au départ, mais après avoir vu un message d’un de ces amis sur les réseaux sociaux, David Bauduin s’est résolu à ouvrir un courriel de l’AP-HP. Ses craintes ont été confirmées: « Je me suis aperçu que j’étais également concerné. »

Ces dernières semaines, l’AP-HP a été victime d’une cyberattaque lors de laquelle les données personnelles d’usagers dépistés contre le Covid-19 lors de l’été 2020 en Île-de-France ont été volées. Les usagers concernés, à l’instar de David, ont été avertis par courriel.

Le message de l’AP-HP l’alerte sur un vol de données en lien avec un test PCR qu’il avait réalisé l’an dernier. Ses données d’identité, de contact, son numéro de sécurité sociale et le résultat de son test PCR ont notamment pu être accessibles. « Je m’inquiète un peu pour une éventuelle usurpation d’identité », admet notre témoin.

Quels sont les risques après un tel piratage ?

Environ 1,4 millions de personnes ayant réalisé des tests PCR et sérologiques en 2020 sont concernées par cette cyberattaque. Sabrina Feddal, consultante et experte en cybersécurité, estime que les données volées pourraient être monnayées par les pirates à l’origine de l’attaque.

« Ces données vont se retrouver en partie en vente sur des marchés noirs sur ce qu’on appelle le darknet », précise-t-elle. « Ça permet à des individus malveillants de collecter des informations sur les personnes physiques. »

De l’autre côté, l’AP-HP assure que les informations volées ne permettent pas aux pirates d’accéder aux espaces personnels de la sécurité sociale. Elle incite les victimes à rester vigilantes par rapport à de potentielles escroqueries dont elles pourraient être la cible.

https://www.bfmtv.com/sante/ap-hp-quels-risques-pour-les-personnes-victimes-du-piratage-de-donnees_VN-202109190110.html

 

En complément de l’article / Veille cyber

Sabrina Feddal experte Cybersécurité pour le cabinet Probe It et notre magazine de veille cyber, interviewé par BFMTV, vous recommande la plus grande vigilance dans les semaines et mois à venir. En premier lieu, de changer vos mots de passe, surtout, si vous utilisez les mêmes sur plusieurs comptes.

  • de ne pas répondre aux e-mails douteux et de ne pas les transférer,
  • de ne pas compléter les données demandées,
  • de ne pas cliquer sur les liens ou les boutons et de ne pas ouvrir les pièces jointes,
  • de mettre à jour le système de sécurité de votre ordinateur.

Source : https://veille-cyber.com/ap-hp-quels-risques-pour-les-personnes-victimes-du-piratage-de-donnees/

SEO : qu’est ce que c’est ? conseils et tendances

Le trafic de votre site internet est un facteur important de votre inbound marketing et il dépend de votre SEO. Pour cela, il faut créer du contenu de qualité, répondant aux attentes des algorithmes. Ces algorithmes ont pour objectif de classer les articles publiés sur le web pour proposer aux internautes des résultats pertinents à leurs recherches. Dans l’autre sens, il faut travailler son contenu pour prouver la pertinence de votre contenu en réponse à des recherches qualitatives.

Définition du SEO

 

Le SEO, ou Search Engine Optimisation, regroupe les actions visant à améliorer la position dans la SERP (Search Engine Result Page) des moteurs de recherche (Google mais aussi Yahoo, Bing, etc). Le référencement naturel, comme on l’appelle également, apporte donc plus de visiteurs à votre site.

 

SEO et SEA, quelles différences ?

 

SEA est l’abréviation de Search Engine Advertising. À la différence du SEO, il s’agit de publicités qui permettent d’être affichées au sommet de la première page. Là encore, il s’agit d’algorithmes qui définissent quelle publicité sera affichée au sommet, ou ne sera pas affichée. Les résultats SEA réservent le haut de la page et la mention “annonce” s’affiche à côté du lien du site. Le SEA s’oppose au SEO dans les coûts.

Google : comment arriver dans la SERP

Google est le moteur de recherche le plus utilisé. Il regroupe 65% des recherches faites dans le monde. Arriver dans la première page de résultats pour un mot clé souhaité est une vraie réussite. 91% des clics se font sur la première page de résultats et le trafic potentiel diminue fortement selon la place que l’on occupe dans la SERP.

Lire aussi : Search Console Google : le guide pour comprendre l’outil

 

 

Position Pourcentage de clics
1 34%
2 17%
3 11%
4 8%
5 6%
6 5%
7 4%
8 3%
9 2%
10 2%

 

 

 

Alors comment arriver dans les premiers résultats ? Google se base sur des guidelines qui donnent les règles à suivre et les limites à ne pas franchir. L’algorithme est ensuite attentif à plusieurs critères :

  • la popularité
  • le contenu
  • les performances et optimisation

 

Pour travailler la popularité, les liens externes et ceux pointant vers votre site. Le contenu apprécié par Google est enrichi régulièrement par de nouveaux contenus, organisés avec des titres et des mots clés liés les uns aux autres. Votre site doit également être optimisé : rapide à charger, avec une arborescence travaillée et un maillage réfléchi.

 

Commencer le SEO : bonnes pratiques

 

Voyons en pratique comment bien démarrer dans le SEO, notamment pour des articles qui cartonnent !

.

 

Cibler les sujets

Commencez par définir un mot clé. Cela peut-être un seul mot, ou une expression complète, dit mot clé de longue traîne. Pour le choisir, il faut étudier le marché, le positionnement des concurrents. Plusieurs critères sont à prendre en compte : le nombre de recherches de ce mot clé et la concurrence. En effet, certains mots clés peu recherchés peuvent être intéressants à travailler pour échapper à la concurrence et gagner en autorité.

ciblage SEO

 

Comprendre l’intention

Lorsque vous recherchez un mot clé sur Google, les résultats vont inclure une expression autour du mot clé, qui indique l’intention de recherche.

Prenons un exemple : lorsque l’on cherche “IPhone 13” l’écrasante majorité des titres parlent de la date de sortie et du prix. C’est donc les intentions des internautes lorsqu’ils tapent “IPhone 13” : connaître le prix et la date de sortie. Ces intentions sont essentielles à prendre en compte pour la direction de votre article. Ce sont les informations que Google cherchera pour vous placer en première position. Attention cependant à ne pas vous limiter à cela. Un article qui propose une valeur ajoutée sera plus privilégié.

Ajouter des images

Les images ont plusieurs avantages. En premier, une image parle beaucoup plus que des mots (merci Confucius !). Google crée son algorithme sur les préférences des utilisateurs et met donc en avant les articles qui contiennent une à deux images. En revanche, pensez à renseigner les balises et le titre de l’image. Veillez également à son poids. Plus l’image sera rapide à charger, plus son référencement sera bon.

 

Travailler les liens

Dans un article, les liens internes et externes ont une importance capitale. Dans un premier temps, les liens vers d’autres sites vous permettront de montrer la pertinence de votre article et de vos sources. Cependant, il faut veiller à ne pas citer des sites concurrents ! Petit conseil : les sites .gouv sont très appréciés.

Ensuite, lier les articles entre eux est très important. En revanche, ce maillage doit être réfléchi et suivre une logique. A vous de mettre en place votre technique de référencement et de vous y tenir. Vous pouvez varier entre les liens “Lire plus” suivi du titre cliquable et les liens contextualisés, qui reprennent l’idée du titre en une phrase.

 

Structurer un article SEO

H1, H2, H3, tableau, liste déroulante, image, paragraphe, voilà une partie des diverses possibilités à mixer pour un article agréable à lire, tant pour vos lecteurs que pour l’algorithme Google ! Variez donc la construction de vos articles.

Référencement SEO : les tendances 2021

  •  EAT

 

Expertise, autorité et fiabilité : voilà ce que Google attend des articles en 2021 plus que jamais. Pour cela, créez un contenu complet, sur lequel vous avez des compétences. En travaillant des sujets connexes, vous gagnerez en autorité et en fiabilité. Pour parfaire ces deux points, les liens seront importants. Être cité sur d’autres sites sera également bénéfique.

 

  • longueur

 

Plus le contenu est long, plus l’article sera apprécié par Google. En effet, un contenu long est susceptible de contenir plus d’informations. En revanche, cela implique un contenu structuré et organisé !

 

  • titres SEO

 

Travaillez vos titres mais soyez vigilant. Google modifie désormais les titres trop longs ou contenant trop de mots clés par un autre titre de votre article. Pour éviter cela et assurer un bon référencement, ne mettez que le mot clé visé et ne dépassé par la longueur recommandée.

 

  • intelligence artificielle

 

L’intelligence artificielle sera privilégiée. RankBrain, l’algorithme de pertinence utilisé par Google, prend de plus en plus de place dans le référencement des articles. Cela reprend notamment des signaux d’utilisation comme le temps passé sur la page, le taux de clics etc.

 

  • Utilisation

Nous en parlions juste avant. La modification des comportements aura un impact sur le référencement. Par exemple, la recherche vocale change les recherches faites sur Google. La proportion des utilisateurs sur mobile a également augmenté. Ces évolutions auront donc un impact sur l’algorithme.

 

En conclusion, le référencement est un sujet complexe qui pourtant est nécessaire en 2021. Étape par étape vous pouvez évoluer et voir vos pages progresser dans le référencement.

How data, analytics and AI power public health

How data, analytics and AI power public health

The pandemic has put a spotlight on how big data and analytics technologies are being used in the public health sector.

A prime example of this? Contact tracing, where phone numbers and location data from mobile devices were combined with lab results in public health systems to issue alerts when an individual came in contact with a confirmed COVID patient. This information empowered people to preemptively self-isolate and/or head for rapid testing. Google and Apple, meanwhile, developed some groundbreaking application programming applications (APIs) for contact tracing that protected anonymity, while allowing their devices to receive updates from state disease surveillance systems and send out alerts.

The use of big data during the pandemic is certainly a harbinger of things to come, and public health agencies must understand how such data is being used. They should start working on plans to protect the privacy of the end user and comply with the evolving laws around personal data privacy.

Additionally, organizations should determine what they’ll do with the data they’re gathering. Of course, all the data in the world is worthless without the right tools to read and interpret it. Artificial intelligence is vital for processing the vast amounts of data collected by today’s technology. It has powered everything from tracking the initial spread of the outbreak to helping researchers quickly analyze and interpret huge amounts of data to come up with a vaccine. Going forward, AI and big data will be vital to analyzing vaccine efficacy, identifying breakthrough case trends and more.

Targeted outreach and prevention 

Big data and AI have been foundational technologies for other programs. During the pandemic, data has been used for targeted outreach and prevention efforts, especially during the vaccine rollout. The ability to recognize trends in a cohort or region allowed for more effective risk mitigation. For immunization information systems (IIS), this meant parsing data to identify and prioritize groups who are at the most risk from a lack of vaccination. The age-bracketed rollout of the vaccine is a good example of this. Yet, new insights from ongoing data analytics efforts will help micro-target more at-risk groups as time goes on.

Identifying at-risk groups is just one part of the pandemic response process. From there, it involves what are essentially next-generation logistics efforts: monitoring vaccine distribution, managing vaccine appointments and tracking the growing numbers of vaccinated individuals. This efforts feature an incredible number of moving parts: government and public health offices, vaccine providers, health care workers and more. Marketing and education components will also see data analytics play an important role in their efforts.

All of which places a high data load on systems — a load which requires modern architectures and flexibility to manage. Unfortunately, most public health offices today are using outdated systems that were designed for managing a load about 10 times smaller than what they’re forced to deal with now.

Cloud computing can help public health agencies scale up to accommodate the new data load, with architectures that auto-scale and adapt to changing flows. But the systems themselves must also be architected to support the horizontal scaling enabled by cloud computing.

Stateless architectures and BPMN 2.0 

Newer architectures are designed for this sort of flexibility. Called « stateless applications, » these architectures don’t store their state on the server and don’t need to know the history of what was happening on the system, allowing organizations to add more servers to scale up and meet demand. The pandemic served as a powerful reminder of just how fast things can change. Stateless applications are the ideal way to keep up with evolving requirements and mandates, allowing agencies to implement new functional changes quickly and easily.

Along with the versatility of stateless architectures, public health organizations should be leveraging Business Process Management Notation 2.0. This notation method allows systems to take in, change and adapt to new requirements with ease. One of the major stresses placed on health systems during the pandemic was that new requirements from the Centers for Disease Control and Prevention didn’t necessarily fit into the outdated systems public health offices used. Agencies then had to manually solve for many new processes. BPMN 2.0 avoids that problem altogether, saving countless hours of work and ensuring a higher level of compliance.

Sharing data among multiple entities 

Science depends on reliable data, but it has traditionally been a rare occurrence for health care data to be shared among multiple entities. Data privacy concerns are one of the main reasons for this siloed approach. However, those silos started coming down as health care researchers and public health agencies around the world started collaborating during the pandemic.

REST-based APIs can serve an important function here. Public health agencies have relied on the HL7 industry standard for sharing health information via APIs, but before the COVID outbreak many of these agencies were transitioning to the updated FHIR standard, which offers more functionality and flexibility than HL7. During the pandemic, many of these transition projects went on hold. It’s now time to get back to implementing FHIR in order to meet public certification requirements.

Sharing health care data is a new trend, and an exciting one. As AI makes it easier to provide meaningful data ownership and protect personal data privacy, it facilitates collaboration by multiple entities on shared data. This in turn spurs innovation, allowing the best minds in science to work together toward a better future. For IIS, this means sharing ideas about “what works” that will lead to new best practices across organizations.

Big data, analytics and AI allow public health organizations to respond rapidly to public health emergencies, which potentially translates into lives saved.

And that’s the big goal for all of these innovative new approaches for IIS: save lives and improve public health. Today’s developing trends will help mitigate the effects of the next pandemic and result in a safer future for all.

 

About the Author

John Schaeffer is CEO of SSG, a health care technology and information services company.

5 outils SEO à moins de 100 euros par mois

De nombreux outils existent pour aider les référenceurs disposant de moyens limités à accomplir leur mission. Le JDN a fait appel à des experts pour identifier les meilleurs.

Le SEO, c’est l’affaire de tous… et même de ceux qui n’ont pas beaucoup de budget. Mais quel outil choisir lorsqu’on a des moyens limités ? Pour s’y retrouver, le JDN a demandé à trois référenceurs experts quels seraient les outils SEO de leur choix, pour un budget maximal de 100 euros par mois.

Semrush : l’incontournable

Se positionnant tout juste sous la barre des 100 dollars par mois, Semrush est un outil incontournable pour la majorité des référenceurs. C’est un outil tout en un qui vous permettra d’optimiser le positionnement de votre site sur les moteurs de recherche, en suivant l’évolution de votre trafic organique et payant, en procédant à un mapping de la concurrence, en vous fournissant un tableau récapitulatif des backlinks et en remontant la liste de mots clés sur lesquels vous êtes positionné. Jean-Baptiste Bessière, consultant SEO chez Clustaar, est conquis. « On couple Semrush avec notre outil interne pour couvrir tous les besoins autour de la sémantique, c’est un très bon outil ». A noter également que Semrush dispose d’un outil d’analyse de backlinks puissant et rapide.

https://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/1505289-5-outils-seo-a-moins-de-100-euros-par-mois/#confirmation

 

Chine : l’intelligence artificielle au cœur du recrutement

L’intelligence artificielle fait fureur en Chine, notamment dans le domaine du recrutement en entreprise, où elle est de plus en plus utilisée. Mais comment détecter un bon candidat avec cette méthode ? Enquête.

Dans la ville de Canton (Chine), He Anqi s’apprête à passer un entretien d’embauche qui devient de plus en plus commun en Chine. L’étudiante de 20 ans ne se retrouve pas face à un humain, mais face à une intelligence artificielle, affichée sur une tablette. La méthode surprend tout de même. « Je ne connais pas vraiment le système. Il n’y a personne en face de moi », explique-t-elle. Un entretien sans lien humain, mais qui devient la norme dans une Chine en avance sur son temps.

Les ressources humaines aidées par les intelligences artificielles

Direction Shanghai (Chine), dans une société qui génère ces systèmes utilisés par de nombreuses entreprises. La tonalité, l’intensité et l’expression orale sont parmi les facteurs pris en compte par l’intelligence artificielle. Pour les multinationales, il s’agit surtout d’un gain de temps énorme. « Sans l’intelligence artificielle, il nous fallait mobiliser des centaines de collègues pendant plus d’un mois. Maintenant, le recrutement ne prend plus que deux semaines », explique Ada Fang, DRH de la société « Mars » Chine. Une avancée technologique qui se démocratise.

Source : https://veille-cyber.com/chine-lintelligence-artificielle-au-coeur-du-recrutement/

5 piliers pour optimiser son site pour le SEO

L’audience provenant de Google reste LA source de trafic n°1 en matière de leviers digitaux. A titre d’exemple, le SEO représente un peu plus de 60% de notre audience. Le SEO, en plus d’apporter du trafic qualifié, vous apporte du trafic sur le long terme. Il est donc crucial d’avoir des actions régulières pour optimiser la visibilité de son site dans les résultats de recherche des moteurs. Pour commencer, mettez en place ces 5 piliers…

1 : PRENDRE LE TEMPS DE BIEN CHOISIR LES EXPRESSIONS À TRAVAILLER

Avant de vous jeter dans l’optimisation SEO de votre site, prenez le temps de faire une vraie recherche de mots-clés. Il faut des expressions ciblées sur les attentes de vos prospects, des expressions qui vous apportent potentiellement vos clients idéaux ! Plus vous aurez de connaissances sur vos clients et leurs façons de rechercher mieux cela sera. Allez jeter un coup d’œil à notre article sur les personas pour vous aider. N’hésitez pas, en amont, à avoir un maximum d’échanges avec vos meilleurs clients.

Pour vous aider dans votre recherche de mots-clés, vous pouvez utiliser l’outil proposé par Google (inclus dans votre compte Google Ads) ou encore Ubersuggest.

Le choix des expressions est vraiment une étape cruciale, ne la bâclez pas. Plus vos expressions sont appropriées vis-à-vis de votre cible, meilleurs en sont vos résultats.

2 : BÂTIR UNE STRATÉGIE ÉDITORIALE AUTOUR DES EXPRESSIONS

Une fois vos expressions sélectionnées, trouvez des sujets d’articles liés à ces expressions.

Il est essentiel d’avoir une vraie stratégie éditoriale et des contenus publiés de façon régulière pour réussir. Si votre site ne comporte pas encore de rubrique éditoriale, il est temps d’en créer une !

Pour vos sujets, partez des expressions et trouvez des titres optimisés pour le web. Voici 3 modèles de titres pour commencer :

  1. Les listes : X conseils pour, X étapes pour (comme cet article) ;
  2. Les titres qui répondent à des questions courantes des lecteurs : Comment… ?, Pourquoi… ? ;
  3. Les titres avec des expressions explicatives : Démarches pour…, Tout savoir pour…

Prenez un moment pour trouver une liste de sujets que vous répartirez ensuite dans votre planning éditorial des prochains mois. Vous avez ainsi une vue sur le long terme et êtes plus efficace puisque vous n’avez plus à trouver les sujets mais simplement à les rédiger !

3 : RÉDIGER DE FAÇON OPTIMISÉE

Au moment de la rédaction, gardez l’expression que vous visez sous les yeux. Celle-ci doit se retrouver (sans abus) dans les endroits clés appréciés des moteurs :

  1. Dans le titre de votre contenu ;
  2. Dans l’introduction ;
  3. Dans le contenu avec parcimonie ;
  4. Dans au moins un de vos intertitres ;
  5. Et bien sûr dans vos balises « title » et « meta description ».

Au-delà de la répétition du mot-clé visé, les moteurs s’intéressent également (et surtout) à la cohérence sémantique de vos contenus. Par rapport à l’expression, le moteur va s’attendre à avoir certaines expressions connexes. Allez jeter un œil à cet article pour en savoir plus. Et si vous souhaitez être formé à l’optimisation de contenu, découvrez nos classes virtuelles « rédiger pour améliorer son référencement » ou « Maîtriser le copywriting pour augmenter ses ventes » !

Dernier point sur la rédaction optimisée : étudiez la concurrence avant de commencer à rédiger. Tapez l’expression que vous visez dans Google, étudiez les 3 premiers résultats : sujets abordés, répétition de l’expression et surtout nombre de mots rédigés.

Rédigez toujours au moins 20% de mots supplémentaires que vos concurrents. Si vous arrivez avec un article de 300 mots dans une thématique où les concurrents sont à 1500 mots, aucune chance que votre article se positionne !

Prenez le temps d’auditer la concurrence en amont !

4 : OPTIMISER L’ASPECT TECHNIQUE DE SON SITE

Au-delà de l’aspect éditorial, votre site doit également être optimisé pour tirer parti au maximum de l’audience de Google. Parmi les points à surveiller et optimiser :

  • Les templates / gabarits de votre site ;
  • Le temps de chargement et votre hébergement ;
  • La présence des balises liées au référencement sur l’ensemble de vos pages ;
  • L’organisation de vos contenus : textes, images, vidéos… ;
  • L’affichage sur mobile ;
  • Les URL de vos pages ;
  • La navigation de votre site ;
  • Et bien plus…

Il y-a une multitude d’aspects techniques à optimiser lorsqu’on souhaite avoir de vrais résultats en référencement.

Pour aller plus loin lorsque ce n’est pas votre métier il peut être judicieux d’avoir recours à un consultant SEO ou une agence (exemple d’agence, l’agence SEO Pixalione).

5 : TRAVAILLER RÉGULIÈREMENT SA POPULARITÉ

Au-delà des aspects éditorial et technique, la popularité de votre site va également rentrer en jeu dans votre bon référencement. Obtenir des liens de sites qualifiés dans votre domaine vous permet d’améliorer votre référencement.

Attention à cet aspect car les moteurs n’aiment pas la suroptimisation. Mieux vaut une dizaine de liens de sites de qualité qu’une centaine de sites peu qualitatifs.

Pour obtenir des liens, la meilleure technique, celle qui vous permet d’avoir des liens 100% naturels, reste la création de contenus non promotionnels ultra qualitatifs qui pousseront d’autres sites à faire des liens naturels vers vos contenus.

Prenez donc votre plus belle plume 😊

Autre solution : intervenir en tant qu’expert dans votre thématique sur d’autres sites populaires. De nombreux sites acceptent les articles invités, profitez-en !

UNE DERNIÈRE CHOSE…

Le référencement prend du temps, les effets peuvent prendre plusieurs mois à arriver. Ne vous découragez pas, travaillez régulièrement votre référencement, créez des contenus chaque semaine, optimisez l’aspect technique de votre site, intervenez sur d’autres sites…

Laissez ensuite le temps faire son travail. Il faut vraiment avoir une vision sur le long terme lorsqu’on travaille son SEO.

Source :